Coule-toi près de moi

Je voudrais me répandre, tel une eau frémissante,
En volutes et méandres de vapeurs exaltantes,
Et ainsi voyager d'océans en rivages
De plaines en montagnes jusqu'à naître en nuage.

Tutoyer le soleil et plonger dans l'azur,
Faire briller l'arc-en-ciel des sources aux embouchures,
Prendre mille apparences en jouant dans le vent,
Retrouver de l'enfance tous les ruisseaux chantants.

Mais je me sens couler tel un liquide froid
Vers les étangs gelés des hivers solitaires
Et bientôt me figer sans plus d'éclat ni voix.

Viens me voir toi qui vois un reflet sur ma rive,
Viens me boire toi qui bois aux fontaines d'eau claire,
Coule-toi près de moi toi qui coule en eau vive.

François de Ferrière
Juillet 2009

Plan du site | Contact
© François de Ferrière 2009-2016, tous droits réservés