Anne'iversaire

Au solstice de décembre, à la blanche saison,
L'hiver quitte sa chambre et ouvre sa maison.
Des vitres embuées entourent une lourde porte
Où viennent frapper les dernières feuilles mortes.

La cheminée crépite du bois juste rentré,
Les flammes dansent et s'agitent pour mieux se réchauffer,
Sur le toit se dégage un long panache blanc
Qui se mêle aux nuages en jouant dans le vent.

Dans leurs quartiers d'hiver les petites journées
Allongent la lumière d'un soleil embrumé.
La terre est engourdie, le grand chêne semble mort,
Le rouge-gorge se blottit, sous la neige tout s'endort.

Les nuits en robes longues, de velours étoilé,
Chaque soir nous racontent des histoires enchantées.
Dehors une guirlande se berce dans le vent
Tandis que sur la lande la lune luit en dormant.

L'écho me vient encore, d'une cloche, d'un grelot,
Pour l'enfant qu'on adore, le passage d'un traîneau.
Noël était hier, et demain, quel bonheur,
Sera l'anniversaire de ta petite sœur.

François de Ferrière
Octobre 2008

Plan du site | Contact
© François de Ferrière 2009-2016, tous droits réservés